Over KIK

Over KIK

Les projets en cours du département Documentation


- Collaboration à l'exposition Miniatures flamandes, organisée par la Bibliothèque royale de Belgique (31/09 - 31/12/2011) et à la Bibliothèque nationale de France (27/03 - 01/07/2012).


- « Ung bon ouvrier nommé Marquet Caussin ». L'enluminure en Hainaut avant Simon Marmion


- Barockmalerei an Maas und Mosel. Louis Counet und die Lütticher Malerschule


- Étude des œuvres de Pieter Bruegel l'Ancien et Pieter Brueghel le Jeune. Publication.


- Le rôle du Service de la Documentation belge et du Laboratoire des Musées royaux d'Art et d'Histoire pour la sauvegarde du patrimoine artistique de la Belgique : inventaire et synthèse des archives historiques de l'IRPA de 1938 jusqu'à 1948


- Étude scientifique des peintures pré-eyckiennes


- België in de Europese avant-garde, de Europese avant-garde in België. Anarchisme in de Belgische kunst van 1850 tot 1940 (La Belgique dans l’avant-garde européenne, l’avant-garde européenne en Belgique. L’anarchisme dans l’art belge de 1850 à 1940)


- De Zuid-Nederlandse publieke groepsportretten 1500-1800. Iconografische, typologische en sociologische analyse (Les portraits de groupes publics dans les Pays-Bas méridionaux entre 1500 et 1800. Analyse iconographique, typologique et sociologique)


- Inventaire des papiers peints en Région de Bruxelles-Capitale et glossaire des termes du papier peint


- L'œuvre du "Maître d'Elsloo" (sculpteur de la fin du Moyen Âge) dans les collections belges : recherche d'histoire de l'art et étude technique et matérielle dans une perspective internationale 


- Le peintre liégeois Bertholet Flémal (1614-1675)


- Ernest de Bavière (1581-1612) et son temps

 

 


 



L'œuvre du "Maître d'Elsloo" (sculpteur de la fin du Moyen Âge) dans les collections belges : recherche d'histoire de l'art et étude technique et matérielle dans une perspective internationale
- Promotrice : Christina Ceulemans
Projet
dans le cadre du programme d'actions de recherche Impulsion à la recherche dans les Établissements scientifiques fédéraux (Action 1) - 2010-2011

Cette recherche concerne l'étude, des points de vue histoire de l'art, matériel et technique, de l'œuvre du Maître d'Elsloo. Ce sculpteur de la fin du Moyen Âge doit son nom à une Sainte Anne trinitaire de l'église Saint-Augustin d'Elsloo, une représentation qui faisait encore partie, au dix-neuvième siècle, de l'inventaire du Munsterkerk de Ruremonde (Pays-Bas). Rares sont les sculpteurs de cette période auxquels sont attribuées autant d'œuvres ! Des 200 œuvres d'Elsloo trouvées à ce jour, septante environ sont conservées en Belgique, principalement dans la province du Limbourg. D'autres se trouvent aux Pays-Bas et en Allemagne, dans le territoire aujourd'hui défini comme l'Euregio Meuse-Rhin. Quelques-unes encore sont conservées dans d'importants musées étrangers.

image002_400_47La recherche, inscrite dans le cadre d'un ambitieux projet tripartite international (Belgique, Pays-Bas et Allemagne), vise à définir l'œuvre du Maître d'Elsloo. L'IRPA, grâce à son inventaire photographique et à son expertise en la matière, était tout indiqué pour développer le pôle belge du projet. En combinant les apports de l'histoire de l'art et des archives à l'étude technique et matérielle, nous tenterons de mieux comprendre la production du Maître, de son atelier et d'autres ateliers de sa mouvance. La contribution de l'étude dendrochronologique sera sans aucun doute fort intéressante.


Les résultats seront rendus publics lors d'une exposition organisée à l'initiative du Bonnefantenmuseum de Maastricht en automne 2012. Un colloque international sera également mis sur pied en automne 2011, en collaboration avec les partenaires de Belgique, des Pays-Bas et d'Angleterre.


Le projet sera mené sous la direction de Christina Ceulemans, chef du département Documentation. Y collaboreront : Vincent Cattersel et Emmanuelle Mercier (études technique et matérielle), Pascale Fraiture (étude dendrochronologique), Jana Sanyova (analyse des polychromies en laboratoire), Jean-Luc Elias (photographe) et Famke Peters (étude d'histoire de l'art). Peter te Poel, conservateur des collections de sculptures et d'artisanat d'avant 1850 au Bonnefantenmuseum Maastricht, est à l'initiative du projet d'exposition et prendra en charge l'étude des statues conservées aux Pays-Bas, en étroite collaboration avec Arnold Truyen de la fondation Restauratie Atelier Limburg. Les partenaires allemands sont les suivants : la Fachhochschule Köln (Ulrike Bergmann), le LVR-LandesMuseum Bonn (Katharina Liebetrau) et le LVR-Amt für Denkmalpflege im Rheinland in Brauweiler (Marc Peez). Michel Lefftz (Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur) et Leo De Ren (K.U.Leuven) font partie du comité d'accompagnement scientifique.

image002_400_46

 


 



Miniatures flamandes
- Dominique Vanwijnsberghe - Collaboration à l'exposition Miniatures flamandes, organisée par la Bibliothèque royale de Belgique (31/09 - 31/12/2011) et à la Bibliothèque nationale de France (27/03 - 01/07/2012).


Âge d'or de la miniature flamande, le XVe siècle marque un tournant dans l'histoire du livre manuscrit. Le Siècle de Bourgogne s'inscrit dans les églises gothiques, les retables brabançons, la tapisserie, les splendeurs de la musique polyphonique ou la peinture des Primitifs flamands. Mais cette efflorescence artistique voit surtout l'essor sans précédent dans les anciens Pays-Bas méridionaux de l'art de l'enluminure, la peinture de livres. De l'avènement de Jean sans Peur (1404) à la mort de Marie de Bourgogne (1482), des villes opulentes comme Bruges, Gand, Bruxelles, Valenciennes, Lille ou Tournai s'imposent comme de véritables pépinières d'artisans, de copistes, de relieurs et de miniaturistes au centre d'une production écrite d'une qualité exceptionnelle.

Mécène engagé et bibliophile averti, le Grand duc d'Occident, Philippe le Bon, troisième héritier de Bourgogne de la maison de Valois, donnera une impulsion décisive aux arts du livre sous toutes ses formes. Pour satisfaire son goût du faste et justifier ses aspirations politiques, il se tournera vers les meilleurs miniaturistes. Sous son règne, la « lettre » va acquérir ses titres de noblesse. Son fils, Charles le Téméraire, fin lettré, féru de textes antiques, poursuivra cette quête du Beau. Dans leur sillage, la famille ducale et les membres de l'Ordre de la Toison d'or mais également la noblesse d'épée, les ecclésiastiques et la bourgeoisie urbaine passeront commande auprès d'enlumineurs de talent, comme Liévin Van Lathem, Simon Marmion, Willem Vrelant, Jehan Le Tavernier ou le Maître de Wavrin ; des noms aussi familiers à l'époque que Roger Van der Weyden, Memling ou Robert Campin. Autant d'artistes renommés qui s'attelleront sans relâche à l'illustration de chroniques, de chansons de geste, d'épopées chevaleresques, de traités de chasse ou de dévotion, donnant naissance à de véritables chefs-d'œuvre de notre héritage culturel dont la qualité artistique n'a d'égale que la rareté. Jamais auparavant, l'enluminure n'avait atteint de tels sommets. C'est ce qu'entend montrer l'exposition Miniatures flamandes.

Dans le cadre du catalogue, j'ai revisité, avec Erik Verroken, la personnalité et l'œuvre de deux artisans majeurs des années 1420-1460, actifs le long de l'axe formé par l'Escaut : le Maître de Guillebert de Mets et Jean Le Tavernier.

La réflexion entamée sur Le Tavernier se poursuivra dans une conférence donnée au colloque New Perspectives on Flemish Illumination (Bruxelles, KBR, 16-18 novembre 2011), une initiative de la KBR à laquelle l'IRPA est associé avec Illuminare. Centre d'étude de l'art médiéval (K.U. Leuven).

x004161_r_400
Maître de Guillebert de Mets, Justice, flanquée d'Information et de Miséricorde, miniature de Christine de Pizan, Epistre d'Othéa. - Bruxelles, KBR, ms. 9559-9564. Cliché IRPA X004161.




« Ung bon ouvrier nommé Marquet Caussin ». L'enluminure en Hainaut avant Simon Marmion
- Dominique Vanwijnsberghe - Projet mené dans le cadre d'un programme d'Action 4 (appui à la formation et au perfectionnement des membres statutaires des établissements dans le domaine de la recherche scientifique). Rattachement à la section Manuscrits enluminés et liturgiques de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes (IRHT/CNRS, Paris/Orléans) en 2009.


De nombreux peintres, sculpteurs, enlumineurs, verriers et autres artisans sont attestés dans les archives hainuyères du XVe siècle mais leur production semble avoir disparu entièrement à la suite des nombreux troubles politiques qui ravagèrent cette région d'entre-deux. Seules la sculpture et l'enluminure échappent quelque peu à ce triste constat, mais il faut bien reconnaître que même ces disciplines sont très peu connues et, partant, très peu reconnues et étudiées. On aurait toutefois tort de penser que la Hainaut fut une terre de désolation et que les mentions d'artistes retrouvées dans les documents d'archives concernent uniquement des décorateurs ou des ouvriers de second ordre. Le présent projet entend reconstruire un pan entier de l'histoire de l'enluminure en Hainaut au départ d'un artiste documenté dont un manuscrit a pu être authentifié.

La chance nous a en effet permis de repérer un livre enluminé par celui qui fut sans doute le principal enlumineur hainuyer du second quart du xve siècle : le Valenciennois Marc Caussin. Il s'agit d'un missel en deux parties, conservé à Cambrai, dont nous avons retrouvé le paiement à Caussin, assorti d'une description quasi « codicologique » des deux volumes. Cette œuvre de maturité, réalisée en 1455-1456, a permis à son tour d'attribuer à l'enlumineur valenciennois pas moins d'une quinzaine d'autres livres, dont le chef d'œuvre est sans nul doute un extraordinaire livre d'heures à l'usage du chapitre de dames nobles de Maubeuge, conservé dans une collection privée.

Caussin n'a pas opéré uniquement dans le sud du Hainaut. Il a aussi collaboré avec des artisans montois dans des Chroniques martiniennes conservées à Bruxelles. Des mentions de compte nous apprennent en outre que le Valenciennois travailla pour l'abbaye bénédictine de Saint-Denis-en-Broqueroie, au nord de Mons. Il produisit des livres d'heures à l'usage de Tournai et de Cambrai et servit d'intermédiaire pour Jean le Robert, abbé de Saint-Aubert de Cambrai, qui le chargea d'aller acheter un incunable à Bruges.

Au-delà de l'intérêt, pour le connoisseurship, de la quinzaine de manuscrits qui peuvent être attribués à Caussin, l'étude envisage également l'importance sur le plan socio-économique d'un artisan relativement bien documenté puisque, jusqu'à présent, il a été possible de retrouver plus de quarante documents le concernant. Il s'agit dans bien des cas d'achats et de ventes de rentes sur des terrains et des propriétés, qui donnent une idée assez précise du patrimoine foncier d'un artisan aisé. Sa clientèle aussi atteste un certain succès, puisqu'il travaille pour d'importantes institutions religieuses hainuyères et pour des membres de la noblesse hainuyère (les Croy), allant jusqu'à réaliser des miniatures que Philippe le Bon ajoutera aux fameuses Grandes Heures de son grand-père, Philippe le Hardi.

La monographie résultant de ce projet a été présentée en avril 2011 dans le cadre d'une Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) à l'Université de Lille 3 (promoteur : prof. dr. Christian Heck ; membres du jury : prof. dr. Fabienne Joubert (Paris 4), prof. dr. Anne-Marie Legaré (Lille 3), prof. dr. John Lowden (Courtauld Institute of Art), dr. Patricia Stirnemann (IRHT), prof. dr. Jan Van der Stock (KU Leuven)).

Cette étude fera l'objet d'une publication, réalisée en collaboration avec le professeur James Marrow, émérite de l'Université de Princeton.


y011240_r
Marc Caussin,
Fauconnier, miniature d'un livre d'heures. - Collection privée. Cliché IRPA Y011240.


 



Barockmalerei an Maas und Mosel. Louis Counet und die Lütticher Malerschule
- Pierre-Yves Kairis - Collaboration à un projet de recherche coordonné par le Stadtmuseum Simeonstift de Trèves - 2008-2009.

Étude de l'œuvre peint de Louis Counet (1652-1721), un peintre originaire de Liège qui s'est tôt expatrié à Trèves après un séjour à Rome. Cet artiste est resté presque totalement ignoré des historiens de l'art jusqu'à ce jour, alors qu'il se révèle le principal peintre de la cité de Constantin pour la période baroque. L'étude vise à resituer ce peintre dans le contexte liégeois d'une part, trévirois de l'autre. Elle débouchera sur une monographie qui accompagnera l'exposition que le Stadtmuseum Simeonstift organisera du 25 septembre 2009 au 28 février 2010.

 x023470_std_400
Louis Counet, Vierge de l'Immaculée Conception avec l'Enfant écrassant le Serpent, Eupen, Église Immaculée Conception. Cliché X023470.




Le peintre liégeois Bertholet Flémal (1614-1675)
- Pierre-Yves Kairis - 2008-2012.

Dans la perspective de la publication d'une importante monographie sur le principal peintre poussinesque qui fut actif dans la zone des Pays-Bas et de la principauté de Liège, des recherches sont menées pour compléter le catalogue raisonné de son œuvre peint et dessiné.

 kn9940_std_400
Bertholet Flémal, Scène de magie, ca. 1645, München, Bayerische Staatsgemäldesammlungen. Cliché KN9940.

 



Ernest de Bavière (1581-1612) et son temps
- Pierre-Yves Kairis.
Collaboration à un projet de recherche coordonné par le Centre d'Histoire des Sciences et des Techniques de l'Université de Liège - 2009-2012.

Dans la perspective de la commémoration du quatrième centenaire de la mort du prince-évêque de Liège et prince-archevêque de Cologne Ernest de Bavière, une monographie évoquera l'homme et son temps. Le chapitre consacré à la peinture a été confié à l'IRPA. Il fera le point sur une période peu connue, celle qui sépare Lambert Lombard, la figure de proue de la Renaissance liégeoise, de Gérard Douffet, le peintre caravagesque qui fut le rénovateur de la peinture du pays de Liège dans les années 1620.

kn10890_std_400
Pierre Furnius, Assomption, entre 1601 et 1610, Liège, Église Saint Nicolas. Cliché KN10890.

 




Étude des œuvres de Pieter Bruegel l'Ancien et Pieter Brueghel le Jeune. Préparation d'une publication - Christina Currie (IRPA)- Continuation de la thèse de doctorat Technical Study of Paintings by Pieter Brueghel the Younger in Belgian Public Collections (sous la direction du Professeur Dominique Allart, Université de Liège, 2003)
2003-2010

Une sélection des œuvres de Pieter Bruegel l'Ancien et de son fils ainé ont été examinées à l'aide des méthodes d'imagerie scientifique, en particulier la réflectographie infrarouge et la radiographie. La confrontation des résultats a permis de distinguer et de caractériser les différents stades d'exécution, à savoir la préparation, l'imprimatura, le dessin sous-jacent et la couche picturale. La réalisation de calques en taille réelle a en outre permis de comparer plus facilement des œuvres de même composition afin de dépister l'usage éventuel de cartons pour la reproduction. Dans les cas où la datation posait problème, des analyses dendrochronologiques ont été effectuées par Pascale Fraiture (IRPA).

Pour chacun des deux artistes, plusieurs compositions ont été étudiées en profondeur : le Dénombrement de Bethléem, le Paysage d'hiver avec trappe aux oiseaux, la Prédication de saint Jean-Baptiste et l'Adoration des Mages. Une découverte particulièrement intéressante résulte de l'étude de la Lutte entre Carnaval et Carême de Brueghel le Jeune. Ce dernier aurait en effet réutilisé un carton préliminaire effectué par Bruegel l'Ancien.

Ces recherches feront l'objet d'une publication dans la série Scientia Artis, en collaboration avec Dominique Allart. L'ouvrage paraitra en 2011. Vous pouvez déjà consulter la table des matières ici.

image002_400_10

Réalisation d'un calque: copie des contours sur film PVC.

 




Le rôle du Service de la Documentation belge et du Laboratoire des Musées royaux d'Art et d'Histoire pour la sauvegarde du patrimoine artistique de la Belgique : inventaire et synthèse des archives historiques de l'IRPA de 1938 jusqu'à 1948 -
Christophe Piron - Co-promoteurs: Marie-Christine Claes et Dominique Vanwijnsberghe
Projet dans le cadre du programme d'actions de recherche Impulsion à la recherche dans les Établissements scientifiques fédéraux - 2009-2010

Le fonds d'archives anciennes de l'IRPA, héritage du Service de la Documentation belge des Musées royaux d'Art et d'Histoire, berceau de l'Institut, a toujours été difficile d'accès, en raison de son système de classement strictement administratif. Néanmoins, sa valeur patrimoniale croissante conduit aujourd'hui à la nécessité de le dévoiler.


Ce projet vise à inventorier les documents relatifs aux dix années précédant la création de l'IRPA en 1948 et inclut un plan de digitalisation et d'archivage sûr de ces données. Ce n'est pas un hasard si la période étudiée couvre les années de guerre : cette époque a été déterminante pour l'histoire de l'IRPA.


D'une part cette étude révélera un grand nombre de données significatives. Ces archives recèlent peut-être des notes internes et des échanges de correspondance de nature à éclairer davantage le rôle important joué par Paul Coremans, directeur du Service de la Documentation belge et, plus tard, de l'IRPA. L'étude s'intéressera également aux informations concernant la campagne de photographie documentaire menée pendant la guerre, au cours de laquelle 165 000 clichés ont été réalisés. Les éventuelles informations relatives au contenu et à la datation d'autres fonds photographiques achetés à la même époque seront également analysées avec attention. Le projet portera en outre sur la documentation résultant de la situation de guerre : l'entreposage des œuvres dans les dépôts communaux, l'inventaire des cloches réclamées par l'Occupant, la récupération des œuvres confisquées par l'Allemagne et enfin, les mesures de protection comme la dépose et la documentation des vitraux. Par ailleurs, ces archives contiennent peut-être des données intéressantes à propos d'œuvres d'art importantes et des interventions qu'elles ont subies.


D'autre part, l'information qui sera mise au jour au cours de cette phase d'inventorisation pourra faire l'objet, dans le cadre même du projet, d'une première synthèse historique au sujet des précurseurs directs des trois départements de l'IRPA et de leur rôle dans la documentation et la protection du patrimoine durant les années de guerre. Enfin, ce projet sera un préambule à une publication sur la naissance et la construction de l'Institut, le rôle qu'il a joué dans la politique de conservation du patrimoine belge et la figure charismatique de Paul Coremans.

image001_400_03

Bruxelles, Avant-port, dépôt des cloches belges, été 1943. Cliché IRPA E5418.



Étude scientifique des peintures pré-eyckienne
s – Cyriel Stroo (promoteur et directeur de la publication), Dominique Vanwijnsberghe (co-promoteur) ; Dominique Deneffe, Famke Peters, Wim Fremout et al. (auteurs) – Collaboration entre l’IRPA et le Centre d'étude de la peinture du quinzième siècle dans les Pays-Bas méridionaux et la Principauté de Liège
Projet réalisé avec le soutien du Fonds Courtin-Bouché (Fondation Roi Baudouin) et du Fonds Richard Zondervan – début 2003-fin 2010

Cette étude se concentre sur les peintures sur panneaux qui ont directement précédé l’œuvre des Primitifs flamands, à la fin du xive et au début du xve siècle. Dans une optique pluridisciplinaire, cette recherche se base sur les perspectives habituelles de l’histoire de l’art, mais fait aussi appel à l’examen technique et aux analyses de laboratoire. L’interprétation s’appuie non seulement sur l’analyse d’images classique, mais aussi sur les macrophotographies, les radiographies, les photographies et les réflectographies infrarouges, les données fournies par la dendrochronologie et les analyses de pigments et de liants réalisées en laboratoire.

Peu de peintures de cette période ont été conservées, mais celles qui subsistent sont de nature très diverse et de fonctions ou d’emplois multiples. Il s’agit de châsses, de retables, de peintures de dévotion sous forme de panneau indépendant, de tondo, de diptyque, de triptyque ou de quadriptyque. Si certaines pièces répondent à de prestigieuses commandes de la Cour, d’autres sont plus modestement destinées à une communauté religieuse ou un dévot. S’exprime ici toute l’étendue du savoir artistique dans ce domaine, du rudimentaire au sublime. Durant ces six dernières années, dix œuvres issues de collections belges ont été documentées et cataloguées. La publication qui en résulte comporte aussi un volume reprenant des rapports d’experts, de l’IRPA ou non, qui explorent les différents aspects de l’art des environs de 1400.

Le laboratoire de peintures et sculptures polychromées a étudié les dix œuvres choisies à l’aide des méthodes non invasives et peu destructives les plus modernes. La structure des couches picturales, leur composition – aussi bien les pigments que les liants – et leur fonction ont été analysées. En résulte une description exhaustive d’une technique picturale simple qui laisse apparaître des divergences claires entre les différentes œuvres. Les artistes ont utilisé une large palette de pigments. Dans certains cas, ils ont utilisé de l’huile et expérimenté son comportement dans des peintures et des émulsions, préfigurant ainsi la technique qui fera la renommée mondiale des Primitifs flamands.

Le laboratoire de datation par la dendrochronologie a montré combien les datations des cernes des arbres étaient utiles dans le cadre de l’étude des tableaux pré-eyckiens. Mis à part les quelques indices fournis par l’histoire de l’art, il existe peu de critères chronologiques pour ces tableaux. Les datations par la dendrochronologie ont dès lors permis de formuler certaines attributions, d’en préciser d’autres ou de corroborer les hypothèses des historiens de l’art.

Publication : Cyriel Stroo (dir.), Pre-Eyckian Panel Painting in the Low Countries, 2 vol., Bruxelles, 2009.


 



België in de Europese avant-garde, de Europese avant-garde in België. Anarchisme in de Belgische kunst van 1850 tot 1940
(La Belgique dans l’avant-garde européenne, l’avant-garde européenne en Belgique. L’anarchisme dans l’art belge de 1850 à 1940) - Erik Buelinckx – Thèse de doctorat - IRPA et Vrije Universiteit Brussel – Promoteur : Prof. Dr. Hans De Wolf (VUB)
Projet dans le cadre d’un stage d’assistant scientifique – 1/05/2008-25/02/2010

Lorsqu’on s’intéresse aux liens existant entre les artistes belges et le mouvement ou les idées anarchistes, on se rend compte que la plupart des artistes relevant du canon officiel de l’art belge de 1850 à 1940, voire plus tard, sont liés, d’une manière ou d’une autre à ce courant. Après la collecte de toutes ces informations, cette thèse visera à déterminer le rôle joué par la philosophie, l’idéologie et les sentiments anarchistes dans la création de ces oeuvres. Enfin, elle mettra en lumière quelques théories anarchistes sur l’art, pour la plupart peu ou mal connues, qui méritent d’être reprises dans les théories esthétiques de la fin du xixe et du début du xxe siècle.




De Zuid-Nederlandse publieke groepsportretten 1500-1800. Iconografische, typologische en sociologische analyse
(Les portraits de groupes publics dans les Pays-Bas méridionaux entre 1500 et 1800. Analyse iconographique, typologique et sociologique) - Beatrijs Wolters van der Wey - Doctorat - Collaboration IRPA et KULeuven - Promoteur : Prof. Dr. Katlijne Van der Stighelen (KULeuven) - Co-promoteur : Prof. Dr. Rudi Ekkart (RKD Den Haag)
Projet dans le cadre du programme d'actions de recherche Impulsion à la recherche dans les Établissements scientifiques fédéraux - 1/10/2007-30/09/2011

Grâce à des recherches effectuées en Belgique et à l'étranger, environ 150 portraits de groupes publics réalisés dans les Pays-Bas méridionaux entre 1500 et 1800 ont été rassemblés. Ils feront l'objet d'un catalogue raisonné où leurs caractéristiques matérielles, iconographiques et contextuelles seront minutieusement décrites. Ce catalogue permettra de tenter de reconstruire l'histoire nuancée du portrait de groupe public dans les Pays-Bas méridionaux. Les aspects suivants seront pris en compte : la typologie (les différents types, leur apparition et leur évolution) en regard de la fonction, le contexte socio-économique des groupes commanditaires, le choix de l'artiste et une comparaison avec les portraits de groupes réalisés à la même époque dans le nord. Grâce à la collaboration avec l'IRPA, un certain nombre de peintures pourront être photographiées et mieux documentées du point de vue technico-matériel.

image002_400_04
Peter Thijs, Remise du décret de fondation de l'Académie des Beaux-Arts
d'Anvers à David Teniers (?), 1664. Cliché X018530



Inventaire des papiers peints en Région de Bruxelles-Capitale et glossaire des termes du papier peint
– Marie-Christine Claes – Collaboration IRPA et Service des monuments et des sites de la Région de Bruxelles-Capitale

Projets financés par le Service des monuments et des sites de la Région de Bruxelles-Capitale – 2006-?


Depuis 2006, une collaboration intense a été établie avec le Service des monuments et des sites de la Région de Bruxelles-Capitale en vue de l’étude et de la conservation de monuments historiques. Ce projet s’intéresse plus particulièrement à la conservation-restauration et à l’étude des papiers peints, domaine trop longtemps délaissé par les historiens de l’art. D’une part, un inventaire (descriptions matérielle et iconographique) des papiers peints conservés dans les institutions publiques ou privées, ou découverts lors de chantiers, est en cours de réalisation et sera mis en ligne à l’usage des historiens de l’art, des conservateurs-restaurateurs et des gestionnaires du patrimoine.
D’autre part, un glossaire des termes spécifiques au papier peint – production, typologie, pose, iconographie, styles, artistes et manufactures – constituera un intéressant complément pour l’étude du décor intérieur. Chaque terme sera illustré. Accompagné d’une bibliographie, le glossaire sera également mis en ligne.

 

image002_03

 

Bordure de papier peint attribuée à la manufacture parisienne Réveillon, vers 1789,
dégagée lors d'un chantier de l'IRPA à l’Hôtel Dewez, Bruxelles.