Agneau mystique: nouvelles découvertes

 

Le 20 juin, les récentes découvertes qui jalonnent l'étude et la restauration du Retable de l'Agneau mystique ont été présentées à la presse. Après avoir enlevé les vernis fortement jaunis des huit peintures des revers des volets, les conservateurs-restaurateurs se sont peu à peu rendu compte qu'une part importante de la couche picturale qu'ils découvraient correspondait en réalité à d'anciens surpeints.

Ces observations ont été confirmées par des analyses effectuées sur des microéchantillons dans les laboratoires de l’IRPA, des examens au microscope 3D Hirox par l’Université de Gand et des analyses MA-XRF menées par l’Université d’Anvers. Ces analyses ont été couplées à des tests sur les peintures mêmes pour déterminer si ces surpeints pouvaient être enlevés sans causer de dégâts et pour évaluer l’état de la couche picturale des frères Van Eyck qui se trouve en dessous.

 

image002_400_39

Cette couche se trouve heureusement dans un assez bon état de conservation, avec relativement peu d’usures et de lacunes. La commission internationale d’experts a dès lors recommandé de poursuivre le dégagement de la couche picturale originale et de révéler ainsi la qualité exceptionnelle de l’œuvre originale des frères Van Eyck.

Après examen et réflexion, le dégagement de la polychromie des cadres a également été entrepris.

 

 

image002_400_40

À gauche, détail de la robe rose surpeinte d’Elisabeth Borluut. À droite, même détail après une fenêtre de dégagement : un rose plus pâle apparaît et les plis de la robe sont plus sombres et profonds. L’arrondi du pli est souligné par une ligne plus claire.