L'IRPA reçoit le Prix du Quartier des Arts 2014

Le mercredi 25 juin 2014 l'asbl Kunstwijk a remis le Prix bisannuel du Quartier des Arts à la Fondation Roi Baudouin et à l'IRPA. Le prix a été attribué pour la restauration de la statue Caritas de Jan van Delen. Notre directeur général a.i. Christina Ceulemans a reçu le diplôme des mains de Sa Majesté le Roi Albert II ; une réception était offerte en l'honneur de l'anniversaire de ce dernier. Judy De Roy, qui a effectué la restauration, était également présente. L'IRPA se réjouit de ce prix qui vient joliment couronner un travail d'équipe qui a mobilisé différents services de l'IRPA (atelier de conservation-restauration des sculptures en pierre, laboratoires, services photographiques, etc.).

Le traitement a également donné lieu au projet Recherche sur l'œuvre sculpté de Jan van Delen (†1703), qui sera réalisé fin 2014/début 2015 grâce au soutien financier du Fonds InBev-Baillet Latour. Plus d'infos sur ce projet de recherche.

Description du traitement de restauration :

La statue de marbre blanc Caritas a été réalisée entre 1673 et 1678 par Jan van Delen. Elle fait partie d'un ensemble plus vaste, la chapelle de Tour & Taxis de l'église Notre-Dame-du-Sablon, de laquelle elle a été confisquée pendant l'occupation française, tout comme la statue Fides. Contrairement à beaucoup d'autres œuvres, ces deux statues ne sont pas revenues au début du xixe siècle et la sculpture Fides reste d'ailleurs introuvable. La statue Caritas a en revanche été redécouverte dans une collection privée parisienne par un spécialiste de la sculpture de la maison de vente Christie's. Elle a directement été transférée chez Christie's à Londres, où elle a été achetée par la Fondation Roi Baudouin et apportée à l'IRPA.

L'atelier de conservation-restauration des sculptures en pierre de l'IRPA a contrôlé son état de conservation et procédé à un traitement de conservation minimale pour optimiser la réunification de la sculpture avec les autres statues de la chapelle, qui seront restaurées dans un avenir proche. Pour pouvoir comparer l'état de propreté de la statue avec les autres sculptures de la chapelle, des mesures de couleur ont été effectuées avec le système CIE-LAB ; il est apparu que les statues qui n'ont jamais quitté la chapelle sont beaucoup plus sales que Caritas.

Afin de pouvoir évaluer si les zones rugueuses en surface étaient également altérées en profondeur ou si une consolidation était éventuellement nécessaire, des mesures par ultrasons ont été faites. Étant donné que ces mesures n'ont mis en évidence aucune différence entre les zones touchées et les zones intactes, nous avons pu conclure que la dégradation des zones rugueuses ne touchait que la surface du marbre et était négligeable. Ces mesures ont également montré une légère hausse générale de la porosité par rapport au marbre non détérioré. Des analyses en laboratoire ont montré que toutes les taches jaunes en surfaces étaient causées par l'oxydation de pyrite, un minéral ferreux qui est présent par nature dans le marbre. Comme les traitements existants qui permettraient d'enlever ces taches seraient trop agressifs, nous avons choisi de ne pas traiter ces zones jaunes.

Le traitement s'est fait en deux phases : un dépoussiérage et un nettoyage très doux. Quelques joints ouverts et fissures qui formaient des lignes visuellement dérangeantes ont ensuite été remplies. La statue a été photographiée en détails, avant, pendant et après traitement.