Nouvelle surprise autour de l'Agneau mystique

La restauration de l'Agneau mystique des frères Van Eyck se poursuit... et dévoile à nouveau des surprises: l'Agneau original de Van Eyck est très différent de ce que les surpeints laissaient croire ! Il fascine par son museau prononcé et ses grands yeux frontaux qui attirent intensément le spectateur ! Nouveaux débats en vue pour les historiens de l'art...

L’Agneau avait été surpeint dès le milieu du 16e siècle, dans le cadre d’une vaste campagne qui visait à camoufler de petites dégradations et des restaurations antérieures peu soigneuses et à donner un coup de frais au tableau. Lors de la restauration de 1951, les surpeints verts autour de l’Agneau avaient été enlevés, laissant réapparaître les deux oreilles originales. L’Agneau avait alors quatre oreilles.

L’étude multidisciplinaire menée par l’IRPA, en collaboration avec les chercheurs des universités de Gand et d’Anvers, a montré qu’au total environ 45 % de la surface du panneau central de l’Adoration de l’Agneau mystique avaient été surpeints au 16e siècle. Outre l’agneau, le ciel, les bâtiments et les collines de l’arrière-plan, les drapés et la nappe de l’autel avaient aussi été recouverts d’une couche de peinture. Mais sous ces surpeints, 97 % de la couche originale de Van Eyck était toujours présente : cette couche a donc pu être dégagée.

Le vrai Van Eyck

En enlevant les surpeints – une intervention délicate réalisée sous microscope avec des scalpels de chirurgien – les restaurateurs ont trouvé un ciel aux nuances subtiles, parsemé de fins nuages. Les bâtiments originaux, qui étaient recouverts d’une couche grise, ont retrouvé leurs multiples couleurs et leur remarquable jeu de lumière. De nouveaux bâtiments ont même réapparu. Les surpeints lisses des vêtements font à nouveau place à des drapés lumineux au tombé complexe nourri de fins accents de lumière et d’ombres profondes.

Une campagne de restauration spectaculaire

La restauration est effectuée dans un atelier aménagé à cet effet au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK) et les visiteurs peuvent suivre le traitement en live. La phase de la campagne de restauration actuellement en cours – le traitement du panneau de l’Adoration de l’Agneau mystique – sera achevée pour l’Année Van Eyck en 2020. Après l’enlèvement de tous les surpeints, les tableaux seront retouchés et un nouveau vernis sera appliqué. Fin 2016, les volets extérieurs (panneaux que l’on voit lorsque le retable est fermé) et leurs cadres, superbement restaurés, ont été replacés dans la cathédrale Saint-Bavon. Après l’Année Van Eyck, le registre supérieur du retable ouvert sera à son tour restauré, dernière phase d’une restauration tout à fait spectaculaire !

Du changement dans l’équipe des restaurateurs de l’IRPA

En tant que coordinateur du projet Agneau mystique sur place, Bart Devolder a, durant six ans, impressionné ses collègues et les visiteurs par ses exceptionnelles compétences. Mais les États-Unis nous l’enviaient et lui ont fait une offre qu’il ne pouvait refuser… Bart deviendra très prochainement restaurateur en chef du prestigieux Princeton University Art Museum ! Il est remplacé à Gand par la restauratrice Kathleen Froyen. La restauration reste dirigée par Hélène Dubois, qui prépare également une thèse de doctorat à l’Ugent sur l’histoire matérielle du retable de l’Agneau mystique.

 

***

La restauration du retable de l’Agneau mystique des frères Jan et Hubert Van Eyck est financée par l’Agence Onroerend Erfgoed (40 %), l’Afdeling Cultureel Erfgoed (40%) des autorités flamandes et par le Fonds Baillet Latour (20 %). Merci à ces partenaires pour leur confiance !

Ce projet de restauration scientifique bénéficie aussi du soutien de BELSPO, du Fonds Gieskes-Strijbis et des universités de Gand et d’Anvers.

***

Envie de voir le "nouvel" Agneau ? La restauration se fait au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK) dans un atelier vitré ; vous pouvez donc suivre le travail des restaurateurs. Allez-y de préférence les weekends : en semaine, les restaurateurs poursuivent en effet l'enlèvement des surpeints et le tableau sera dès lors à plat, non visible.