Atelier des peintures murales > Sablon


Étude et restauration des peintures murales par Jean Van der Plaetsen (1862-1867) dans le chœur de l’église Notre-Dame du Sablon, Bruxelles


L’étude et le traitement de conservation-restauration sont effectués par l’atelier des peintures murales de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) : Christine Bertrand, Linda Van Dijck, Estelle De Groote, Sofie Stuyck, Hannelore Standaert et Klara Peeters (stagiaire).

Ce projet a été rendu possible grâce à un mécénat anonyme et aux subsides octroyés par la Région de Bruxelles-Capitale sur l’avis de la Direction des Monuments et Sites. La restauration s’achèvera fin 2016.

Les écoinçons et les éléments architecturaux encadrant les peintures murales sont traitées par l’atelier des sculptures en pierre de l’IRPA. Cliquez ici pour la présentation du projet



Les peintures que vous voyez aujourd’hui dans le chœur ont été peintes entre 1862 et 1867 par le peintre gantois Jean Van der Plaetsen. Il s’est basé, pour réaliser ces œuvres, sur les peintures du xve siècle qui avaient été découvertes sous les couches de badigeon lors de travaux effectués dans l’église quelques années auparavant.

Au xixe siècle, l’art médiéval connaît un regain d’intérêt. Il est apprécié en tant que témoin d’une tradition « nationale » et sert d’exemple pour les créations néogothiques de l’époque. Cette fonction d’exemple est au moins aussi importante que la conservation des œuvres elle-même. C’est ainsi que des peintures anciennes ont été enlevées et repeintes sur une nouvelle couche de badigeon dans le but de conserver l’image pour l’avenir. Le peintre qui réalisait la nouvelle peinture se basait sur la peinture ancienne découverte sur place, mais bénéficiait aussi d’une très grande liberté artistique.

C’est précisément ce qui s’est passé ici pour les peintures du chœur. Comme elles étaient en très mauvais état, il a été décidé, au xixe siècle, de les enlever totalement et de les refaire en « style xve ».

Heureusement, avant leur suppression, elles avaient été soigneusement documentées avec des photos, des dessins et des aquarelles . C’est sur la base de ces documents que le peintre Jean Van der Plaetsen a proposé son projet pour la restauration. Malgré les vives critiques sur son interprétation « trop personnelle » de l'iconographie, c’est lui qui fut choisi pour mener à bien le travail entre 1862 et 1867.

Aujourd’hui c’est au tour des peintures du xixe siècle de Jean Van der Plaetsen d’être restaurées. Elles seront traitées selon les normes actuelles : on conservera au maximum les peintures existantes. Les restaurateurs tenteront d’améliorer la lisibilité des peintures, en intervenant le moins possible. Ils respecteront les matériaux d’origine et leur vieillissement naturel.

Plusieurs études ont été effectuées avant de commencer le traitement pour mieux comprendre la technique et les matériaux utilisés par Van der Plaetsen, et déterminer les méthodes de traitement les plus adéquates. Six panneaux ont ainsi été restaurés durant une restauration pilote en 2014-2015 ; ils servent maintenant de référence pour le traitement des autres panneaux.