Continuer vers le contenu

La Sainte-Catherine d'Alexandrie de Courtrai va-t-elle révéler des couleurs ?

La sculpture de Sainte-Catherine d'Alexandrie, en provenance de Courtrai, se trouve actuellement dans notre Atelier des sculptures en pierre pour une étude et un traitement de conservation-restauration. Pour l'instant, notre conservatrice-restauratrice Judy De Roy est en train de l’observer sous microscope binoculaire.

La sculpture de Sainte-Catherine d'Alexandrie se trouve actuellement dans notre Atelier des sculptures en pierre pour une étude et un traitement de conservation-restauration. Elle provient de la Chapelle des Comtes de l'église Notre-Dame de Courtrai et a été réalisée par André Beauneveu entre 1374-1386. C’était une commande de Louis II de Flandre en tant que partie de son mausolée (un monument funéraire de grande ampleur) qui devait être érigé dans la chapelle des Comtes. Peu de temps avant sa mort en 1384, le comte avait changé d'avis sur l'emplacement de son tombeau et seule la statue de Sainte-Catherine a été déplacée à Courtrai.

Son histoire est particulière parce qu'elle a même été enterrée suite aux furies iconoclastes avec les métaux précieux de l'église. En 1866, elle fut fortement restaurée, car elle était en très mauvais état. Le sculpteur chargé des réparations a ajouté une nouvelle couronne, une roue et la lame de l'épée.

La sculpture est taillé en albâtre, un matériau très précieux, qui n’est, à notre connaissance, jamais complètement peint. Mais souvent, on retrouve une application de polychromie partielle. Nous sommes à la recherche de ces traces de polychromie. Pour l'instant, notre conservatrice-restauratrice Judy De Roy est en train de l’observer sous microscope binoculaire. Vu qu'elle a fortement été restaurée, peut-être lavée et grattée, il faut chercher des traces très petites. Judy collaborera ensuite avec les labos pour faire des analyses supplémentaires.

L'intérêt de l’opération se situe principalement au niveau de la recherche afin de mieux comprendre les sculptures de cette époque, en albâtre, voire pour réaliser une reconstitution, mais dans Photoshop, pas sur la sculpture elle-même. Des essais de nettoyage sont également prévus. Et puis nous aborderons les différentes pistes de restauration avec la commission du Topstukkenraad et le propriétaire. On pourra découvrir cette Sainte-Catherine, fin octobre, lors d'une exposition au M Leuven, de mi-octobre 2022 à février 2023, consacrée aux sculptures en albâtre.

Rectificatif : contrairement aux hypothèses de recherche initiales, la statue de Sainte Catherine d'Alexandrie du XIVe siècle semble avoir été réalisée en marbre et non en albâtre.

Plus de nouvelles de l'IRPA

SA20 cover WEB

Le nouveau Scientia Artis sort de presse !

10.06.2024

De l’illustre famille de sculpteurs bruxellois du Quesnoy ‒ le père, Jérôme le Vieux, et ses deux fils, François et Jérôme le Jeune ‒ seuls la vie et l’œuvre du fils aîné, François du Quesnoy, riche d’une grande renommée à Rome, avaient été étudiées de manière approfondie. Mais qui était son frère cadet, Jérôme le Jeune ? Que sait-on de sa vie et de son œuvre ? Peu de choses. Malgré sa brillante carrière de sculpteur, statuaire et architecte de la cour du gouverneur des anciens Pays-Bas Léopold Guillaume (1647-1656), son œuvre a été délaissée par la critique à la suite de sa condamnation à mort en 1654.

En savoir plus
Rubenskapel Steen 2

Étude approfondie des monuments en pierre de la chapelle de Rubens

24.04.2024

D’où vient toute cette poussière ?! Les sculptures de la chapelle de Rubens, lauréate du premier Challenge Patrimoine, bénéficient actuellement d’un traitement de conservation-restauration approfondi mené par l’Atelier des sculptures en pierre de l’IRPA. Depuis début février 2024, nos experts sont à pied d’œuvre dans l’église Saint-Jacques d’Anvers. Cet ambitieux projet n’aurait jamais pu voir le jour sans la générosité de nos nombreux donateurs. Où en est-on aujourd’hui, près de trois mois après le début de la restauration ?

En savoir plus