Continuer vers le contenu

Des scientifiques visualisent le processus de peinture l'Agneau Mystique

l'Agneau Mystique est l'un des chefs-d'œuvre centraux de la peinture d'Europe occidentale. L'Agneau a subi de nombreux changements au fil du temps et a été partiellement repeint. Les scientifiques ont cartographié ces changements de manière très détaillée à l'aide de nouvelles méthodes d'imagerie.

Le visage et le corps plus âgés de Lam mis en lumière

Le point focal du célèbre retable (1432) des frères Hubert et Jan Van Eyck est l'Agneau. Cet agneau a subi de nombreux changements au fil du temps et a été partiellement repeint au 16ème siècle.

Les scientifiques ont déployé deux nouvelles méthodes d'imagerie chimique non invasives pour visualiser ces changements en détail. Cela a conduit à deux résultats importants:

  1. La prédiction des caractéristiques de l'agneau original caché sous la surpeinture du XVIe siècle, et
  2. La visualisation d'une version antérieure plus petite du corps de l'Agneau avec un physique plus naturel.

La combinaison de ces méthodes d'imagerie chimique avancées avec l'analyse des sections transversales de la peinture et l'examen visuel de la surface de la peinture a fourni une preuve objective de l'existence des sur-peintures et de l'état de la peinture Eyckian originale en dessous. De cette manière, la recherche scientifique a facilité la décision des conservateurs de libérer à nouveau le Lam van Eyck original.

Fig1 Lamb Head

Le Retable de Gand est l'un des chefs-d'œuvre centraux de la peinture d'Europe occidentale. Le panneau central, L'Adoration de l'Agneau, montre le sacrifice du Christ au moyen de l'Agneau de Dieu debout sur un autel et dont le sang coule dans un calice. Au cours du traitement de conservation et de l'analyse technique dans les années 1950, les restaurateurs ont découvert la présence de peintures. Sur la base des informations disponibles à l'époque, il a été décidé de supprimer la surpeinture verte autour de la tête de l'Agneau, mais la surpeinture sur l'Agneau lui-même est restée intacte. Cependant, cela a révélé les oreilles de l'agneau eyckian sous-jacent, ce qui a donné un agneau à quatre oreilles (figure 1). Cette image plutôt inhabituelle a été préservée pendant près de 70 ans, jusqu'à ce que le traitement de conservation actuel en 2019 élimine complètement la surpeinture.

Lèvres prononcées

Au cours du traitement de 2019, des images chimiques ont prédit certains aspects de l'agneau original et caché, avant même que la surpeinture du XVIe siècle ne soit supprimée. Ainsi a révélé la division du mercure de plus petites narines en forme de V légèrement plus hautes que le museau du 16ème siècle. Le mercure est un élément chimique associé au pigment rouge vermillon (figure 2, flèche rouge). Les yeux originaux, qui sont légèrement plus bas que les yeux du XVIe siècle, peuvent être vus dans l'image infrarouge (Figure 2, à droite). Cette image montre également des lignes de croquis préliminaires sombres qui soulignent les lèvres les plus prononcées de l'agneau original. La combinaison de ces lignes avec la présence de mercure dans cette zone suggérait que les lèvres eyckiennes étaient plus proéminentes.

De plus, les oreilles du XVIe siècle étaient clairement peintes sur les rayons dorés du halo (figure 2, rayons jaunes). «Ces rayons ne continuent pas à la hauteur des oreilles d'origine», explique Geert Van der Snickt (UAntwerpen). «Cela étayait la conclusion selon laquelle le bas et la plus petite paire d'oreilles étaient bien les originaux. Tous ces traits du visage ensemble indiquaient que l'agneau eyckian avait une tête plus petite avec une expression plus prononcée.

La nouvelle imagerie a également révélé des révisions inaperçues de la taille et de la forme du corps de l'agneau: l'agneau d'origine a une forme plus naturelle avec un dos légèrement affaissé, un fond plus arrondi et une queue plus petite. Les lignes de croquis sous-jacentes que l'artiste a utilisées pour décrire ce petit agneau peuvent être vues dans l'image infrarouge (Figure 3, en bas à gauche, flèches blanches). Un traitement d'image supplémentaire a fourni une image plus claire de ce Lam légèrement plus petit (Figure 3, en bas à droite). Lors de l'inspection de la radiographie et de la surface de la peinture au microscope, des différences ont également été trouvées dans la façon dont la peinture pour le manteau du petit et de l'agneau surpeint était
appliqué.

RIS Lam Gods

La décision de libérer l'agneau d'origine a été prise sur la base d'une combinaison de méthodes de conservation éprouvées (photographie couleur haute résolution, radiographie, réflectogrammes infrarouges, analyse d'échantillons de peinture) avec les dernières techniques d'imagerie chimique: balayage de fluorescence aux rayons X macro (MA-XRF ) et spectroscopie d'imagerie par réflexion infrarouge. Ainsi, l'agneau eyckian est redevenu visible, avec une tête plus petite et avec des yeux curieux tournés vers l'avant qui regardent directement le visiteur.

Seuls les surpeints qui ont été identifiés avec certitude comme des ajouts du XVIe siècle ont été soigneusement et en toute sécurité enlevés. Cependant, le corps de l'Agneau n'a pas changé. Les preuves matérielles indiquent que la peinture blanche au plomb utilisée pour délimiter les hanches plus larges, plutôt carrées, a été appliquée avant la restauration du 16ème siècle, mais parce que l'analyse à ce stade ne peut pas déterminer définitivement s'il s'agissait d'une adaptation par le ou les artistes originaux ou très tôt restauration ou adaptation par un autre artiste, le contour un peu plus large de l'Agneau est resté intact.

Problèmes historiques de l'art en suspens

«Les techniques d'imagerie chimique ont également été utilisées pour être plus sûr de l'état de conservation de la peinture d'origine, justifiant ainsi la décision de retirer la peinture surpeint», explique Koen Janssens (UAntwerpen). «Ces méthodes resteront donc au cœur de la future recherche interdisciplinaire du Retable de Gand au cours de la troisième phase de la restauration. Nous espérons que la combinaison avec une recherche optique approfondie par les restaurateurs et des informations sur les coupes transversales de peinture contribuera à résoudre les problèmes historiques de l'art entourant le Retable de Gand et d'innombrables autres œuvres d'art.

Un article sur la recherche a été publié dans la revue Science Advances (La spectroscopie d'imagerie à impasse à double mode documente le processus de peinture de l'Agneau de Dieu dans le Retable de Gand par J. & H. Van Eyck). Les résultats discutés dans cet article ont été obtenus par des chercheurs de l'Université d'Anvers (imagerie par fluorescence macro X) et par des chercheurs de la National Gallery of Art de Washington (spectroscopie d'imagerie par réflexion infrarouge). Les données ont été interprétées en conjonction avec les observations des scientifiques et de l'équipe de conservation de l'Institut royal du patrimoine culturel (KIK-IRPA) à Bruxelles.

Simon Laevers
Simon Laevers
Voir l'adresse e-mail

Voudriez vous plus d'informations? Veuillez contacter Simon Laevers.

Plus de nouvelles de l'IRPA

Stemmen web

Challenge Patrimoine : un mois pour voter pour votre œuvre préférée !

20.10.2021

Aujourd’hui, l’IRPA lance un défi inédit à tous les Belges : le Challenge Patrimoine ! D’ici 2030, à l’occasion du bicentenaire de la Belgique, nous ferons resplendir à nouveau dix trésors du patrimoine belge grâce à une large participation publique.

En savoir plus
VIS

L'Agneau mystique révèle son plus grand secret : la contribution précise d'Hubert et de Jan van Eyck

14.10.2021

Depuis la découverte, en 1832, d'une inscription sur le cadre du retable de l'Agneau mystique, le personnage d'Hubert van Eyck fascine de nombreuses générations d'historiens de l'art et d'amateurs d'art. En effet, le frère aîné de Jan est entouré de mystère. Notre étude lève le voile !

En savoir plus