Continuer vers le contenu

CHRISTINA (Christian Iconography in the Inventory of Belgian Cultural Heritage) : Comprendre les images religieuses en contexte

Les tableaux d’autel, les monuments funéraires, les confessionnaux, les jubés, les vitraux ou encore les textiles de nos églises sont les supports d’une multitude d’images. Loin d’être isolées, celles-ci sont connectées au sein de l’édifice religieux, un espace pour lequel elles ont été spécialement créées. Comprendre ces images, c’est donc les étudier en tentant de restituer leur place au cœur du lieu et des rituels qui leur donnent sens. À travers le projet CHRISTINA, des chercheurs de l’UCLouvain et de l’IRPA œuvrent ensemble au développement d’une approche « relationnelle » du richissime patrimoine religieux des églises belges. L’objectif est de valoriser ces réseaux d’images dans la base de données en ligne BALaT.

Commanditaire

Ce projet est financé par le programme Fed-Twin de BELSPO.

Période
2020-2025
Partenaires
BELSPO
UCLouvain
En savoir plus?
Caroline Heering (IRPA, Cellule de recherches en histoire de l’art et inventaire)
Voir l'adresse e-mail
Dominique Vanwijnsberghe (IRPA, promoteur)
Voir l'adresse e-mail
Ralph Dekoninck (UCLouvain, promoteur)

Re-créer du lien

Dès sa fondation, l’IRPA a eu pour mission d’inventorier le patrimoine religieux conservé dans les lieux de culte. Cette entreprise a connu un coup d’accélérateur en 1967, lorsque les autorités belges ont confié à l’Institut la réalisation d’un répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique. Cet inventaire papier est désormais disponible en ligne dans BALaT et il s’enrichit chaque année de nouvelles images. Mais comme tout inventaire de ce type, il présente chaque objet de façon isolée et l’éloigne donc de sa signification profonde, celle que lui donnait son contexte d’origine.

Le projet CHRISTINA ambitionne de restaurer ces liens perdus et d’utiliser BALaT pour les mettre en lumière. Il tient compte de tous les mediums, sans distinction aucune (peinture, sculpture, orfèvrerie, textile…) et se concentre sur le Moyen Âge et l’époque moderne.

Pour une iconographie relationnelle

La méthodologie s’appuie sur les tendances les plus récentes en iconologie. Elle part du principe que le sens des images ne se limite pas au simple décodage de leur iconographie. L’objectif est plutôt de replacer la signification des images au sein d’un réseau de relations, en gardant à l’esprit les questions suivantes :

  • Quelles sont les relations des images entre elles, dans les différents lieux de l’église et à travers les différents médiums ?
  • Quels sont les dispositifs (cadre, ornementation, etc.) qui permettent de créer ces réseaux d’images ?
  • Dans leurs relations avec l’espace de l’église, comment les images définissent-elles des parcours, des zones de sacralité ou des hiérarchies ?
  • Quelles sont les interactions entre les images et les supports qu’elles occupent et transforment ?
  • Quelles sont leurs interactions avec les femmes et les hommes qui les ont commandées, créées, manipulées ou observées ?
  • De quelle manière ces images rythment-elles le temps liturgique, qu’il s’agisse des célébrations ordinaires (eucharistie, office…) ou festives ?
  • Enfin, comment les images et les textes d’époque (peinture d’intérieur d’église, descriptions anciennes, etc.) rendent-ils compte de ces réseaux d’images ?

Quelques études de cas

Trois cas représentatifs serviront de pierre de touche au projet : la cathédrale Notre-Dame de Tournai, une église jésuite et un sanctuaire marial. L’examen des sources d’archives et de la littérature contemporaine permettra de déterminer le rôle des commanditaires et la façon dont étaient utilisés les images : leur manipulation, accompagnée de gestes, de paroles, de musique, d’odeurs, etc.

Re-créer du lien dans BALaT

L’objectif est, à terme, de développer une méthodologie d’analyse iconographique qui pourra être appliquée à l’indexation des bases de données de l’IRPA, réunies dans BALaT. Il s’agira de créer un outil en ligne destiné à rendre compte visuellement des dynamiques relationnelles révélées par les études de cas.

Cet outil utilisera des représentations d’édifices (gravées, peintes ou reconstitutions 3D), dans lesquelles le visiteur pourra cliquer sur les objets de son choix. Il sera alors renvoyé aux images recensées dans BALaT, qui seront affichées avec des textes explicatifs, des éléments de contexte rédigés à l’adresse tant du grand public que des spécialistes.