Continuer vers le contenu

Les poupées religieuses de Wetteren

Église Sainte-Gertrude, Wetteren

Les églises belges conservent de nombreuses œuvres du patrimoine. Or, c’est une collection tout à fait insolite qui est exposée dans l’église Sainte-Gertrude à Wetteren : pas moins de 138 poupées d’environ trente centimètres, chacune revêtue de l’habit traditionnel des ordres monastiques féminins principalement de Belgique et de France. Cette collection est l'œuvre de feu Firmin De Waele (1920-2017), un chef d'entreprise de la région qui cultivait un vif intérêt pour les textiles et le patrimoine.

Habit, voile et coiffe

Peu après la Seconde Guerre mondiale, la Belgique comptait près de 50 000 couvents, soit environ six religieuses pour mille habitants. Au début des années 1950, le pape Pie XII (1876-1958) a appelé les religieuses à moderniser leur mode de vie et de pensée, y compris leur habit. Dans les années 1950, la plupart des congrégations ont donc (progressivement) modifié leurs habitudes. Lors du Concile Vatican II (1962-1965), l'ordre de moderniser l’habit a été fixé par un décret. L'habit, le voile et la coiffe traditionnels ont alors très vite disparu complètement de la circulation.

À leur image

Craignant que les connaissances sur les habits des ordres monastiques ne se perdent, Firmin De Waele, cogérant de la Koninklijke Korsetfabriek DéWé International basée à Schellebelle, a envoyé une poupée aux couvents de diverses congrégations. Il a demandé aux religieuses de l'ordre de confectionner elles-mêmes les vêtements et les accessoires des poupées, dans les mêmes matériaux et selon les mêmes techniques que leurs propres habits traditionnels. Son appel a trouvé un écho très favorable : c’est avec beaucoup d'attention, de soin et de minutie, que les sœurs se sont mises à habiller les poupées à leur image. Même les plus petits accessoires (anneaux, chapelets, clés...) ont été fabriqués sur mesure. Les poupées ont ensuite été envoyées et pourvues de la mention du nom du couvent, de son adresse et de la date de création de l'ordre.

Une mine d'informations

Monsieur De Waele a ensuite cédé la collection à l'église Christ-Roi à Wetteren. Lors de la désacralisation de l’église en 2016, toutes les poupées ont été transférées à l'église Sainte-Gertrude, dans de la même commune. Cette collection exceptionnelle a une valeur historique et immatérielle majeure. Les poupées religieuses nous enseignent de quoi se composait l’habit traditionnel, dans quels matériaux il était réalisé et comment étaient portés l'habit, la coiffe et le voile au sein de chaque congrégation. En outre, chaque poupée témoigne du savoir-faire artisanal des religieuses des divers ordres. Elles constituent une véritable mine d'informations. Malheureusement, on observe plusieurs dégradations. Les vêtements sont sales et il y a par endroits des taches rougeâtres et brunâtres, les cils des poupées se détachent, les épingles à cheveux s'oxydent... Un traitement de conservation et de restauration est indispensable afin d’assurer l'avenir de cette magnifique collection.

Plus d’infos sur nos partenaires

Vous pouviez choisir cet objet du patrimoine ainsi que

Le tableau Massacre des Innocents à Andenne

Offrez-leur le salut !

Les costumes de ballet de James Ensor

Entrez dans la danse !

La statue Notre-Dame des malades à Tournai

Redonnez-lui bonne mine !