Continuer vers le contenu

La statue Notre-Dame des Malades à Tournai

Cathédrale Notre-Dame de Tournai

4633

Chère aux Tournaisiens

Entre le double portail roman donnant accès à la nef centrale de la cathédrale Notre-Dame de Tournai, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, se trouve une remarquable statue de la Vierge à l’Enfant dite Notre-Dame des malades. Vous ne pouvez pas la manquer : elle accueille visiteurs, pèlerins et rois depuis le XIVe siècle. Elle est aujourd’hui le symbole de la cathédrale Notre-Dame et est, dès lors, chère aux Tournaisiens.

Du pèlerinage à la procession

Cette Vierge des malades était l’objet d’un pèlerinage annuel en septembre qui drainait, au Moyen-Âge, la foule des fidèles du diocèse médiéval de Tournai, incluant alors Gand, Bruges et Lille. Une copie en fut réalisée au XIXe siècle et placée à l'intérieur de l'édifice. Chaque deuxième dimanche de septembre, cette copie est portée dans les rues de la cité lors de la Grande Procession historique. Celle-ci vient d’être inscrite au Patrimoine culturel immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Des libraires et des peintres

Quant au porche où se tient la statue de Notre-Dame des malades, c'est là que se tenaient les ventes mobilières du chapitre, et tout un chacun pouvait y assister. Le chapitre avait, en effet, le droit de vendre sur sa juridiction, et celle-ci s’arrêtait au-delà du porche. Des libraires et surtout des peintres, en particulier anversois, pouvaient obtenir l’autorisation d’y exposer leurs œuvres et de les vendre. Le souvenir du contenu et du déroulé de ces ventes nous est toujours conservé dans une série de registres allant du milieu du XVIe à la fin du XVIIIe siècle.

Décapité

Détruites lors des saccages iconoclastes en 1566, les têtes de la statue de la Vierge et de l’Enfant ont été restaurées au début du XVIIe siècle. La main droite de la Vierge ainsi que la grappe de raisins que tient la Vierge seraient plus récentes (avant 1892). Aujourd’hui, la statue de la Vierge et son pilier, le trumeau, sont dégradés. Outre l’accumulation de poussières et de déchets, on remarque des noircissements et, sur les bas-reliefs en pierre bleue, un délitage. Ils nécessitent dès lors une restauration urgente. Cela permettra en outre de réaliser une étude monographique approfondie, ce que son état actuel ne permet pas.

Plus d’infos sur nos partenaires

Ou voterez-vous plutôt pour … ?

Les costumes de ballet de James Ensor

Entrez dans la danse !

Les plâtres du Monument au Travail de Constantin Meunier

Retroussez-vous les manches !

La chaire de vérité de la cathédrale de Bruxelles

Faites entendre votre voix !