Continuer vers le contenu

Le retable de la Vierge de Boussu est de retour après une histoire mouvementée

Au terme de deux années d’étude et de restauration par l’IRPA, le retable de la Vierge Marie daté du XVIe siècle est retourné dans l’église Saint-Géry à Boussu-lez-Mons, dans le Hainaut. Victime à trois reprises de vols, l’œuvre a été en grande partie reconstituée, nettoyée et est aujourd’hui exposée dans la chapelle des Seigneurs.

Période
2021-2023
En savoir plus ?
Dr. Emmanuelle Mercier
Voir l'adresse e-mail

Le retable de la Vierge de Boussu est un chef-d’œuvre daté du début du XVIe siècle, réalisé dans les Pays-Bas méridionaux. Les historiens de l’art pensent qu'il a été fabriqué par le sculpteur Pasquier Borman ou par la sculptrice Maria Borman. Il s’agit d’une œuvre en chêne, à l’origine polychromée. Au XXe siècle, il a été, à trois reprises, la proie des voleurs. Des éléments du retable ont en effet été dérobés en 1914, 1971 et 1981. Les statuettes disparues en 1914 ont récemment été récupérées. Elles ont ensuite été restaurées, avec le retable, par l’Atelier des sculptures en bois polychromé de l’IRPA.

Des statuettes volées refont surface

Grâce à une donation du collectionneur d’art néerlandais Jacques Schoufour à la Fondation du musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam en 2006, certains des éléments volés ont refait surface. Il s’agit des six reliefs d’avant-plan dérobés en 1914. Fervent amateur de sculptures en bois médiévales, Jacques Schoufour les avait achetées à un marchand d’art. Le musée Boijmans Van Beuningen a exposé ces figurines en 2008 avant d’apprendre qu’il s’agissait en fait de pièces volées du retable de la Vierge de l’église Saint-Géry de Boussu.

Au terme de longues négociations avec la commune de Boussu et l’asbl Gy Seray Boussu, le musée rotterdamois et avait envisagé de donner les statuettes en prêt à long terme à l’église Saint-Géry. Elles pourraient ainsi être réunies avec le reste du retable. Cependant, en raison de conditions climatiques inadéquates et de problèmes de sécurité dans l’église, le prêt a une fois encore été refusé. L’espoir de ramener un jour les figures en chêne à Boussu s’amenuisait. En effet, en l’absence de protocole belgo-néerlandais pour la restitution des œuvres volées, aucune solution juridique n’était envisageable.

Saisie au musée M

Mais l’affaire a connu un rebondissement en 2019. Cette année-là, le musée M de Louvain a organisé l’exposition Borman et Fils, qui présentait des œuvres majeures de la sculpture brabançonne. Pour l’occasion, le musée louvaniste a emprunté au musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam les six reliefs du retable de la Vierge volés en 1914. Ceux-ci se trouvant désormais sur le sol belge, la loi belge s’appliquait. À la demande de la fabrique d’église de l’église Saint-Géry et de l’asbl Gy Seray Boussu, la police a donc pu saisir les éléments du retable. Cette saisie s’est déroulée en douceur. En effet, les statuettes ont pu rester au musée M jusqu’à la fin de l’exposition.

Grâce au Fonds Baillet Latour, les reliefs et l’ensemble du retable de la Vierge ont pu être étudiés et restaurés par l’IRPA à partir de janvier 2021. Le traitement a été confié à l’Atelier des sculptures en bois polychromé, composé notamment de Violette Demonty et Erika Rabelo, sous la direction de la responsable de l’atelier, le Dr Emmanuelle Mercier, en collaboration avec Jean-Albert Glatigny.

Reconstituer le puzzle à l’aide de BALaT

Le traitement consistait à éliminer les couches de poussières et la patine sombre qui recouvraient les figures du retable en bois. Celles à l’avant-plan, volées en 1914, ont connu durant le XXe siècle une autre histoire matérielle que le retable lui-même. Le défi était donc de rendre à l’ensemble un aspect harmonieux à l’aide des techniques de nettoyage et de retouche adéquates. Or, au cours de l’étude et de la restauration, les experts se sont également heurtés à une autre difficulté : les scènes du retable étaient toutes dans le désordre.

D’anciennes photos du retable de Boussu, prises avant 1914 et provenant de BALaT, ont fourni aux experts la clé du puzzle. En effet, sur ces clichés figurent encore les petites scénettes volées qui sont encore aujourd’hui manquantes. Ils ont donc permis d'identifier l’ensemble des scénettes et d'aider à reconstituer l’ordre du récit. En outre, sur le revers des reliefs en bois étaient parfois inscrits des chiffres, confirmant ainsi l’endroit où devaient se trouver les pièces dans la caisse du retable. L’étude des traces de fixation d’origine a enfin complété le puzzle.

Le retable avant et après la restauration

X145789avant X159531apres

« Tout était complètement en désordre dans le retable, aussi bien les scènes principales que les secondaires, jusqu’au décor architectural. Cela a été pour nous un vrai casse-tête de remettre l’histoire de la Vierge Marie dans le bon ordre, avec l’aide précieuse de Ria De Boodt, spécialiste en retables. D’autant qu’il manque encore certains reliefs et que certaines scènes iconographiques sont peu représentées en histoire de l’art. »

Emmanuelle Mercier, responsable de l'Atelier des sculptures en bois polychromé
Lquipedevantleretablerestaur

Source inestimable de représentations

Le nettoyage des reliefs et l’enlèvement des patines ont permis de révéler des détails des sculptures et de mieux comprendre la riche iconographie. « Nous avons découvert des représentations uniques, comme celle où Joseph doute de la virginité de Marie, avant de s’excuser dans une scène ultérieure sculptée », explique Emmanuelle Mercier.

L’étude et la restauration de l’œuvre par l’IRPA sont achevées. Les résultats de l’analyse dendrochronologique suivront bientôt. Le retable de la Vierge Marie et les pièces volées en 1914 sont exposés depuis janvier dans la chapelle des Seigneurs de Boussu, protégé du vol et de la poussière par une vitrine achetée grâce au fonds Léon Courtin-Marcelle Bouché géré par la Fondation Roi Baudouin. La chapelle sera ouverte au public tous les dimanches matins à partir de mai 2023. D’ici là, les visiteurs peuvent admirer le retable sur rendez-vous, dans le cadre d’une visite guidée.

L’équipe de restaurateurs (photo) est composée de gauche à droite de : Violette Demonty, Emmanuelle Mercier, Erika Rabelo, Jean-Albert Glatigny.

Projet suivant

CHrisis : la Protection du Patrimoine en Situation de Crise

Voir ce projet