Continuer vers le contenu

La restauration de l'Agneau mystique expliquée au public

La chaîne de télévision belge VRT a récemment diffusé un reportage détaillé sur la dernière phase de la restauration de l'œuvre emblématique des frères Van Eyck, l'Agneau mystique. Ce chef-d'œuvre du XVe siècle est en cours de restauration par une équipe de sept restaurateurs et restauratrices de l'IRPA. Le reportage, intitulé "Hoe staat het met de restauratie van Het Lam Gods, na alle commotie?" (Comment se déroule la restauration de l'Agneau mystique, suite à la controverse ?), met en lumière les défis et les progrès accomplis dans ce projet complexe.

Des allégations infondées

En mai dernier, l'équipe a entamé la troisième et dernière phase de restauration, mais la seconde phase, qui s’est conclue fin 2019, avait été critiquée fin 2023, suscitant un vif débat public. Des allégations ont émergé, suggérant que les restaurateurs infligeaient des dommages irréparables à l'œuvre.

Cependant, ces préoccupations, sans aucun fondement scientifique, ont été rapidement dissipées par des experts nationaux et internationaux, ainsi que par le gouvernement flamand. Tous soulignent la minutie et le soin apportés au projet, ainsi que les recherches scientifiques qui ont précédé les interventions, et soutiennent la restauration.

La responsable de l’équipe, Dr Hélène Dubois, a répondu à la critique, confirmant le soutien de diverses autorités, y compris la fabrique d'église, le gouvernement flamand et des experts internationaux. L'équipe n'agit pas de manière isolée, car chaque étape du travail est suivie par une commission d'experts internationaux et par un comité consultatif national, qui conseillent la fabrique d'église et le gouvernement flamand, les commanditaires de la restauration, sur les décisions à prendre.

Un travail minutieux

Actuellement, les restaurateurs travaillent sur les sept panneaux supérieurs de l'œuvre, comprenant les figures trônant centrales, les anges chanteurs et musiciens, et les figures d'Adam et Ève sur les côtés. L'équipe a d'abord éliminé les couches de vernis considérablement jaunies, révélant ainsi les couleurs d’origine et permettant une étude plus approfondie des couches de peinture originale et des surpeints.

Des surpeints ont été découverts, notamment sur les manteaux des figures centrales. Ces ajouts correspondent à ceux datant du XVIe siècle et enlevés sur les autres panneaux de l’Agneau mystique lors des deux phases précédentes de la restauration. Kathleen Froyen, une restauratrice de l'équipe, confirme la certitude absolue que ces couches sont bien des surpeints et non les couches originales des Van Eyck.

Adam

Enlèvement des vernis

X161147l Adam voor behandeling small X163078l Adam na verwijdering moderne vernissen small

Les anges chanteurs

Enlèvement des vernis

X161021 zing engelen voor behandeling small X164530l zing engelen na vernisafname small

En plus des défis habituels, l'équipe est confrontée à une tâche particulièrement complexe : la restauration des brocarts appliqués, une technique médiévale utilisée par les frères Van Eyck pour imiter les tissus richement décorés à l’aide de feuilles d’étain dorées. Ingrid Geelen, une experte dans ce domaine à l'IRPA, a été chargée de cette tâche.

Pour en savoir plus, découvrez le reportage sur le site de VRT NWS !

Envie de voir la restauration de vos propres yeux ? Ce projet à la fois complexe et fabuleux est visible par le public au Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK Gent), où il est possible d'observer les restauratrices à l'œuvre.

DSF3970 small
  • Projet

    Restauration et étude du registre supérieur du polyptique ouvert de l’Agneau mystique

    Après le traitement du polyptique fermé (2012-2016) et celui du registre inférieur du retable ouvert (2016-2019) de l’Agneau mystique, c’est maintenant au tour du registre supérieur du polyptique ouvert d’être restauré. Pendant les trois prochaines années, l’équipe interdisciplinaire de l’IRPA réalisera la troisième phase de l’étude et de la restauration de l’œuvre monumentale des frères van Eyck, datant du début du XVe siècle, conservée dans la cathédrale Saint-Bavon de Gand.

    Voir ce projet

Rester au courant ?

Pourquoi vous abonner à notre newsletter ?

  • Le patrimoine vit, et il a tant d’histoires à vous raconter !
  • Restez au courant de toute l’actualité du patrimoine artistique belge.
  • Jetez un coup d’œil dans les coulisses de l’IRPA grâce à notre newsletter.
  • Partenaire, entreprise, chercheur, conservateur-restaurateur ou étudiant nous serons ravis d’entrer en contact avec vous

Plus de nouvelles de l'IRPA

48006158682 32178cf86f k

REFRESH : Étudier le cycle de l'eau pour protéger le patrimoine

12.07.2024

Le changement climatique est un défi urgent pour notre monde, y compris pour le patrimoine. L'eau est une menace pour les sites patrimoniaux, il est donc essentiel de mettre en place une gestion durable de l'eau pour protéger notre patrimoine. C'est ce que nous visons avec REFRESH.

En savoir plus
SA20 cover WEB

Le nouveau Scientia Artis sort de presse !

10.06.2024

De l’illustre famille de sculpteurs bruxellois du Quesnoy ‒ le père, Jérôme le Vieux, et ses deux fils, François et Jérôme le Jeune ‒ seuls la vie et l’œuvre du fils aîné, François du Quesnoy, riche d’une grande renommée à Rome, avaient été étudiées de manière approfondie. Mais qui était son frère cadet, Jérôme le Jeune ? Que sait-on de sa vie et de son œuvre ? Peu de choses. Malgré sa brillante carrière de sculpteur, statuaire et architecte de la cour du gouverneur des anciens Pays-Bas Léopold Guillaume (1647-1656), son œuvre a été délaissée par la critique à la suite de sa condamnation à mort en 1654.

En savoir plus