Continuer vers le contenu

Visite exclusive de la chapelle de Rubens

Près de 400 ans après sa mort, le célèbre peintre anversois Pierre Paul Rubens pourra bientôt enfin reposer en paix.Située au cœur de la somptueuse église Sint-Jacobskerk Antwerpen à Anvers, sa splendide chapelle funéraire ‒ élue grand vainqueur du Challenge Patrimoine 2021 ‒ fera bientôt peau neuve. Elle sera étudiée et restaurée par nos restaurateurs de l'Atelier des peintures et de l'Atelier des sculptures en pierre.

Pour tout savoir sur ce chef-d’œuvre unique, inscrivez-vous à notre newsletter !

Merci à tous les joueurs de la Loterie Nationale, Partenaire fondateur du Challenge Patrimoine.

Venez jeter un coup d'œil dans la chapelle funéraire de Rubens !

Notre restauratrice Livia Depuydt a le plaisir de vous faire découvrir ce trésor patrimonial exceptionnel, situé dans l'église Saint-Jacques d'Anvers, grand gagnant du Challenge Patrimoine 2021. Pour tout savoir sur ce chef-d’œuvre unique, inscrivez-vous à notre newsletter !

Merci à tous les joueurs de la Loterie Nationale, Partenaire fondateur du Challenge Patrimoine !

La chapelle de Rubens à Anvers, grand vainqueur du Challenge Patrimoine 2021

L’automne dernier, l’intérieur de la chapelle de Rubens a remporté la première édition du Challenge Patrimoine. Situé au cœur de l’église Saint-Jacques d’Anvers, ce somptueux édifice est la dernière demeure de l’illustre peintre anversois Pierre Paul Rubens et abrite une foule de chefs-d’œuvre exceptionnels.

Dès l’annonce du grand gagnant, l’équipe interdisciplinaire de l’IRPA s’est immédiatement mise au travail. Les experts ont déterminé précisément les besoins spécifiques de ces œuvres et ont élaboré un plan d’intervention concret. Ils vont à présent soumettre celui-ci au gestionnaire de ce patrimoine ainsi qu’aux autorités compétentes.

La chapelle de Rubens entièrement restaurée

Dernière demeure du célèbre peintre éponyme mondialement reconnu, la chapelle de Rubens est un splendide ensemble situé au cœur de l’église Saint-Jacques d’Anvers. Ce magnifique intérieur datant du XVIIe siècle se compose d’un monumental autel en marbre, orné, en son centre, du tableau de la Vierge entourée de saints (v. 1630) de Pierre Paul Rubens. Outre ce chef-d’œuvre exceptionnel, la statue Mater Dolorosa attribuée à Lucas Faydherbe (1617-1697), trône au-dessus de l’autel de la chapelle, où se trouvent également l’épitaphe pour Albert, le fils de Rubens, ainsi que deux monuments funéraires du XIXe siècle.

Pierre Paul Rubens

Pierre Paul Rubens (1577-1640) est l’un des plus célèbres peintres de l’histoire de l’art occidental. Près de quatre siècles après sa mort, l’artiste anversois contribue encore aujourd’hui au rayonnement international de notre pays. En effet, il dirigeait un atelier particulièrement florissant qui réalisait des œuvres pour de nombreux commanditaires, tant dans nos régions qu’à l’étranger. Cultivant aussi un vif intérêt pour la sculpture, il accepta le sculpteur Lucas Faydherbe comme apprenti dans son atelier.

Génie créatif, diplomate et père de famille

Rubens savait mieux que personne manier le pinceau pour donner forme et couleur aux vives émotions et aux scènes spectaculaires. Outre son génie créatif, cet homme très érudit et clairvoyant a aussi mené une brillante carrière politique et diplomatique. Il a ainsi joué un rôle clé en tant que conseiller de l’archiduchesse Isabelle lors des négociations de paix entre l’Angleterre et l’Espagne. Mais il est surtout connu pour avoir été un frère aimant, un époux dévoué pour sa première et seconde épouse, Isabelle Brandt (1591-1626) et Hélène Fourment (1614-1673), ainsi qu’un père attentionné pour ses huit enfants.

Vierge entourée de saints

Le tableau de la Vierge entourée de saints a été achevé vers 1630. On ignore encore qui en était le commanditaire et pour quelle raison l’œuvre n'a jamais été livrée. Elle est restée dans l'atelier de Rubens, où ce dernier l’a encore retravaillée.

L’artiste anversois aurait explicitement exprimé le souhait que le tableau soit exposé dans sa future chapelle funéraire, dans l'église Saint-Jacques d'Anvers. La construction de cette chapelle a probablement débuté en 1641, un an après le décès du peintre. Le tableau a été placé dans l'autel de la chapelle vers 1650.

Entre le 31 juillet et le 12 septembre 1794, l’œuvre a été saisie par les troupes françaises, puis envoyée à Paris. À l'automne 1801, elle est restituée à la Ville d’Anvers et installée dans l'ancien couvent des Carmes déchaux sur l'actuelle Graanmarkt. Ce n'est que le 21 octobre 1815 qu'elle a à nouveau été exposée dans l'autel de la chapelle funéraire de Rubens, dans l'église Saint-Jacques.

Livia Depuydt

« L’étude préliminaire a montré que le tableau avait déjà été « restauré » au moins quatre fois entre 1778 et 1970. On suppose qu’avant cela, il y avait déjà eu encore d’autres interventions. Nous sommes curieux de découvrir les traces que ces interventions ont laissées sur l’œuvre. »

Livia Depuydt, responsable de l’Atelier des peintures à l’IRPA :

Karen Bonne, conservatrice-restauratrice de peintures à l’IRPA :

« Après sa réalisation en 1630, le tableau est resté dans l'atelier de Rubens, et Rubens l’a retravaillé. Nous voyons des traits de pinceau aux couleurs vives, appliqués librement et très rapidement. On a trouvé des traits de pinceau similaires sur d'autres œuvres du peintre. Ceux-ci pourraient être interprétés, à tort, comme des surpeints ultérieurs, avec le risque qu'ils soient ensuite supprimés. C'est pourquoi il est essentiel que nous déterminions avec précision la technique du peintre et que nous mettions à disposition ces connaissances pour la restauration future d’autres œuvres de Rubens. »

La restauration de l’autel et de la Mater Dolorosa, des monuments funéraires et de l’épitaphe

Une proposition d'étude et de traitement a été également élaborée pour l'autel, les monuments funéraires et l'épitaphe. L'autel, conçu par Cornelis van Mildert, sera étudié et restauré à peu près en même temps que le tableau. Ce sera l'occasion d’approfondir les recherches, notamment sur l'attribution de la statue Mater Dolorosa, et d'étudier plus en détail l'intérêt explicite de Rubens pour l'art de la sculpture.

Vu que ces restaurations seront réalisées sur place, elles ne pourront être entreprises qu'à un stade ultérieur, c'est-à-dire une fois que les toitures, les façades, les fenêtres et les murs intérieurs de la chapelle auront été restaurés.

Judy De Roy, responsable de l'Atelier des sculptures en pierre à l’IRPA :

« Il y reste encore beaucoup de questions sur les auteurs des différentes sculptures de la chapelle de Rubens, dont la statue Mater Dolorosa, qui est aujourd’hui parfois attribuée à Lucas Faydherbe. Durant de la restauration, nous espérons que les recherches interdisciplinaires permettront de répondre à cette question. »

OLV van Smarten Detail zwaard

Et maintenant ?

La Madone entourée de saints, un chef-d’œuvre absolu aujourd’hui menacé, sera confiée à l’IRPA pour une restauration d’urgence. Chaque étape du traitement sera largement communiquée au public. Ainsi, le tableau restera visible de manière exceptionnelle pendant la fermeture de l’église.

Assistez à cette métamorphose en vous inscrivant à notre newsletter ! Dès la réouverture de l’église Saint-Jacques en été 2024, de nombreuses générations de visiteurs pourront à nouveau admirer ce joyau unique dans toute sa splendeur.

La participation de la communauté locale à la préservation des trésors patrimoniaux est la clé de la réussite du Challenge Patrimoine. Les citoyens donnent au patrimoine tout son sens et contribuent à porter celui-ci sur le devant de la scène. Parallèlement, ces initiatives seront soutenues par des actions de crowdfunding et la recherche de financement auprès d’entreprises.

Allez voir de vos propres yeux !

Sint-Jacobskerk
Sint-Jacobsstraat 9, 2000 Antwerpen

www.sintjacobantwerpen.be

Merci au partenaire fondateur du Challenge Patrimoine