Continuer vers le contenu

En avant pour la nouvelle phase de la restauration de la chapelle de Rubens

La semaine passée, a débuté une nouvelle phase de la vaste campagne de conservation-restauration de la chapelle de Rubens dans l’église Saint-Jacques d’Anvers : le traitement des sculptures en pierre. L’intérieur de la chapelle, qui abrite des trésors exceptionnels, a remporté en 2021 la première édition du Challenge Patrimoine. Grâce à cette récompense, l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) poursuit la conservation et restauration de ce joyau du patrimoine belge, initiée en 2022.

Au cœur de la ville d’Anvers, resplendit un fleuron de l’art baroque d’une valeur historique inestimable : la chapelle funéraire de Rubens. Chef-d’œuvre du célébrissime maître flamand Pierre Paul Rubens (1577-1640), l’intérieur de la chapelle renferme de nombreuses œuvres exceptionnelles, qui ont d’urgence besoin d’être restaurées. Ce joyau en péril n’a pas échappé à l’œil avisé des experts de l’IRPA. En effet, il a été confié à leurs soins après avoir remporté le Challenge Patrimoine en 2021. Ils ont alors entrepris l’ambitieux projet de rendre à la chapelle de Rubens toute sa splendeur. Cette vaste campagne se déroule en plusieurs phases, financées par des actions de collecte de fonds, menées avec succès auprès du grand public, des entreprises et de généreux mécènes.

Restauration des monuments en pierre

La semaine passée, a débuté la nouvelle phase de la conservation-restauration de la chapelle de Rubens, confiée à l’équipe interdisciplinaire de l’IRPA. Après plusieurs visites in situ menées en décembre et janvier derniers dans l’église Saint-Jacques d’Anvers, l’heure est venue pour nos experts de l’Atelier des sculptures en pierre d’étudier et de restaurer sur place les monuments et statues de la chapelle : l’autel baroque surmonté d’une statue en marbre de la Mater Dolorosa, attribuée à Lucas Faydherbe (1617-1697), l’épitaphe pour Albert, le fils de Rubens, et deux monuments funéraires du sculpteur romantique Willem Geefs datant du XIXe siècle.

B0 A8153

« De nombreuses questions subsistent encore sur les auteurs des diverses sculptures dans la chapelle de Rubens, notamment la statue de la Mater Dolorosa, parfois attribuée à Lucas Faydherbe. Nous espérons que les recherches interdisciplinaires nous permettront de répondre à ces questions pendant la restauration. »

Judy De Roy, responsable de l’Atelier des sculptures en pierre à l’IRPA

Le lundi 5 février dernier, l’équipe interdisciplinaire a commencé une étude approfondie du site. Le jeudi 8 février, ils ont pris une série de clichés supplémentaires. Les experts du Laboratoire des monuments et décors monumentaux sont étroitement impliqués dans le projet pour mener des analyses scientifiques des matériaux originaux et de ceux utilisés ultérieurement lors des restaurations précédentes.

Un projet sous le signe de la collaboration et du dévouement

La campagne de restauration de la chapelle baroque est menée en plusieurs phases. Elle a débuté en automne 2022 par la conservation-restauration du tableau de la Vierge entourée de saints (v. 1630). Ce chef-d’œuvre, de la main de Rubens lui-même, est le point d’orgue de l’intérieur du XVIIe siècle. Il a été déplacé temporairement dans l’Atelier des peintures de l’IRPA pour y être restauré. À l’aide de techniques de restauration de pointe et d’analyses scientifiques approfondies réalisées durant tout le processus de restauration, c’est avec patience et précision que nos experts étudient et restaurent chaque touche de pinceau.

Mais le traitement interdisciplinaire approfondi de l’intérieur de la chapelle de Rubens n’aurait jamais été possible sans le précieux soutien des amateurs du patrimoine, tant à Anvers qu’à travers tout le pays. Grâce aux nombreux votes recueillis lors du Challenge Patrimoine en 2021, ce haut lieu du patrimoine belge a littéralement conquis le cœur du public. Grâce aux nombreux dons, à la générosité de grands donateurs et au financement de la Loterie Nationale, les différentes phases de la restauration peuvent enfin voir le jour.


Votre contribution ‒ petite ou grande ‒ à cet ambitieux projet nous aide à préserver ce pan de l’histoire, cette part essentielle de notre identité et une inépuisable source d’inspiration pour les générations futures. Vous aussi, vous souhaitez apporter votre pierre à l’édifice pour que la chapelle de Rubens resplendisse à nouveau comme au premier jour, pour le plus grand bonheur des visiteurs ?

Soutenez la restauration de la chapelle de Rubens grâce à un don ‒ unique ou récurrent. Mais ce n’est pas tout : participez à l’action étoiles au profit de la restauration de la chapelle de Rubens ! Vous pouvez choisir votre étoile, qui brillera ‒ plus étincelante que jamais, sur la sublime voûte céleste de l’église Saint-Jacques d’Anvers. Ensemble, préservons et valorisons notre riche patrimoine culturel pour les générations d’aujourd’hui et à venir.

Plus de nouvelles de l'IRPA

48006158682 32178cf86f k

REFRESH : Étudier le cycle de l'eau pour protéger le patrimoine

12.07.2024

Le changement climatique est un défi urgent pour notre monde, y compris pour le patrimoine. L'eau est une menace pour les sites patrimoniaux, il est donc essentiel de mettre en place une gestion durable de l'eau pour protéger notre patrimoine. C'est ce que nous visons avec REFRESH.

En savoir plus
SA20 cover WEB

Le nouveau Scientia Artis sort de presse !

10.06.2024

De l’illustre famille de sculpteurs bruxellois du Quesnoy ‒ le père, Jérôme le Vieux, et ses deux fils, François et Jérôme le Jeune ‒ seuls la vie et l’œuvre du fils aîné, François du Quesnoy, riche d’une grande renommée à Rome, avaient été étudiées de manière approfondie. Mais qui était son frère cadet, Jérôme le Jeune ? Que sait-on de sa vie et de son œuvre ? Peu de choses. Malgré sa brillante carrière de sculpteur, statuaire et architecte de la cour du gouverneur des anciens Pays-Bas Léopold Guillaume (1647-1656), son œuvre a été délaissée par la critique à la suite de sa condamnation à mort en 1654.

En savoir plus